Résister à la Dictature du FRIC

12 octobre 2007

Comment ne pas se resoudre a la dictature du FRIC

Anti-Fricocratie, ou comment j'ai failli faire pleurer le directeur de ma Banque Obligatoire.

 

Il faut replacer l'histoire dans son contexte, les banquiers ne m'ont jamais fait de cadeaux, alors maintenant que j'ai les cartes en main, je me venge, ou plutôt je leur montre la bonne voie. Déjà, il y a trente ans, j'ai du changer de banque, à mes frais bien sur pour m'acheter ma première vrai voiture neuve, une CX diesel qui remplaça ma petite 104, elle même ayant succédée une vieille 2CV à bout de souffle. Après plus de 37 ans d'activité d'ingénieur SDE ,relativement bien rémunéré pour un petit fils d'agriculteur Picard, je me suis fait jeter, comme un vieux chiffon hors d'usage par la boite, qui venait de passer du NASDAQ à la NYSE . Jusqu'à ce jour du 4 décembre 2002 (je connais les dates par coeur) je ne m'était posé que peu de questions -quoi que de temps en temps ?- A partir de cette date, j'ai commencé à tout comprendre, ou presque -pour ne pas passer pour un crâneur- Après le mois de carence j'ai donc été inscrit aux ASSEDIC, puis à l'ANPE avec des indemnités correctes (57% de mon ancien salaire brut) . Pour aménager ma petite maison -qui me suffit amplement, j'ai eut le culot de demander un crédit de 10000 euros à la Banque qui « collectait mes fonds » depuis prés de 30 ans ! La commence la surprise: Mais monsieur, on ne prête pas aux bénéficiaires des ASSEDIC ?? Le coup de sang m'a pris et j'ai immédiatement changé de banque, juste pour l'exemple car aucune n'a voulu me dépanner. J'ai du ensuite faire le tour des organismes de crédits pour finalement obtenir ce que je voulais, à 14 ou 16 %, bien sur.

L'histoire commence maintenant: depuis le 31 Juillet je suis en retraite, fini les ASSEDIC, et là, oh surprise ma boite aux lettre se rempli de courriers Cetelem, Sofinco, Banque Accord... Monsieur, on vous prête 15000, 35000, 25000 Euros, n'en jetez plus la cour est pleine, j'ai fini de rembourser, je ne veux rien acheter, je ne manque de rien, je n'ai pas de TV, c'est exprès, je n'en veut pas !! .

Dans le même temps mon Banquier,( maintenant c'est MON Banquier) veut me voir, pour me connaître dit il, cela tombe bien, j'ai besoins d'espèces. Jusqu'à ce jour, les banquiers se foutaient pas mal de moi, et soudain, je les intéresse. Je passe donc une premier fois a la Banque Mère, celle qui a encore un coffre et je demande 3000 euros , en espèces !! Monsieur, avec votre carte, vous ne pouvez obtenir que 500 euros par semaine ! Là je commence à me sentir nerveux, j'insiste et la gentille caissière, qui n'y est pour rien appelle son responsable. Cet élégant, en costume cravate, comme moi quand j'étais encore en activité me pose alors la question qui fâche : C'est pour quoi faire ? Comme Coluche, je lui répond : RIEN! Il n'insiste pas et me fait descendre dans la salle des coffres pour me rendre ce qui m'appartient. Ce n'est pas fini, la semaine suivante, histoire de taquiner MON  Banquier et de faire passer les indicateurs de retrait d'espèces au rouge- j'imagine SARKO devant son écran, qui téléphone a BUSH en disant, on en tiens un qui finance Al-Quaida, libère vite une place a Guantanamo- Je me rend dans ma petite agence, avec son petit directeur qui n'a même pas de petit coffre et je lui demande 4000 euros, en espèces ! L'hôtesse d'accueil, m'indique gentiment, une fois de plus que je suis limité a 500 euros, je le sais, je m'en tape ! Elle appelle donc son directeur de petite agence, qui cela tombe a pic, insistait depuis des semaine pour me voir, il me voit, moi aussi et me repose la question qui fâche : C'est pour quoi faire ! J 'hésite entre un week-end présidentiel, des maîtresses qui coûtent cher et finalement je me ravise : Pour acheter des bonbons (parce que les fleurs c'est périssable). Il devient pâle et commence à transpirer et tente de m'expliquer, que c'est la loi, rien que la loi. La dessus je lui repond calmement que : la loi n'interdit pas le mensonge, ça se saurai, on n'écrirait pas n'importe quoi sur les prospectus électoraux, sinon on manquerai de prisons, que de plus depuis plus de trente ans AUCUN banquier ne m'a JAMAIS dit ce qu'il faisait avec mon argent, tous les mois dans ses coffres ou pour payer des souliers neufs a Dumas.  Pourquoi ne le placez vous pas ? Je le ferais – peut être - lorsqu'on pourra me garantir que ce n'est pas pour « fabriquer des Chômeurs ou des pauvres » ! Et les voleurs, vous n'y songez pas ? Si si Bien sur ils sont CHEZ VOUS, sur internet, chez CLEARSTREAM, ça paye bien plus que la poche d'un vieux Picard de cent kilos, en pleine forme ,prêt a vous « fout in marniouf sut gif »!

J'ai cru discerner des yeux larmoyants, de rage peut-être et il est rentré dans son petit bocal, analyser « ses courbes de tendances ». La gentille employée m'a alors donné une carte que j'ai du mettre 6 fois dans le distributeur pour récupérer ce qui est à moi, pas a la Banque!.

En fait je suis rentré en résistance, comme mes anciens en quarante, depuis que je suis au chômage, je paye en espèces, pour occuper les caissières, parfois il m'arrive d'être distrait et de passer a une caisse qui ne prend pas d'espèces, alors je part en laissant TOUT sur le tablier, je vais plus loin. Je paye aussi avec des chèques minutieusement agrafés (les trieuses n'aiment pas ça)  pour obliger une intervention manuelle, bref je fait toujours au plus compliqué, j'ai tout mon temps, je suis retraité. De plus, avec des espèces, il est beaucoup plus facile de visualiser ce qui reste pour vivre et on « consomme » nettement moins.

Posté par Anti_Fricocratie à 11:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]